Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Soutien aux personnels de la centrale thermique et à leurs familles : notre (...)

Soutien aux personnels de la centrale thermique et à leurs familles : notre centrale doit vivre ! J’appelle à une initiative régionale forte

14 novembre - Ma suppléante Nathalie Nail a réaffirmé ce midi notre soutien aux salariés EDF de la centrale thermique du Havre, à ceux des sociétés sous-traitantes, et à leurs familles, pour que notre centrale continue à vivre et à produire non plus à partir du charbon mais d’un nouveau process vert, l’éco-combust.

Je propose au Président de Région et au Président de la CODAH d’organiser avec les parlementaires havrais une conférence débat d’envergure nationale au Havre, dans les meilleurs délais, pour plaider dans ce sens et dénoncer les non-sens de la position gouvernementale actuelle...

Presse Havraise, 14 novembre 2018 (PDF - 2.3 Mo)
Presse Havraise, 14 novembre 2018
Presse Havraise, 30 octobre 2018 (PDF - 1.2 Mo)
Presse Havraise, 30 octobre 2018
Ouest France, 26 octobre 2018 (HTML)
Ouest France, 26 octobre 2018
Mon interview auprès de l'agence AEF Info, 22 novembre 2018 (PDF - 1.7 Mo)
Mon interview auprès de l’agence AEF Info, 22 novembre 2018

Quelques repères :

• La centrale thermique du Havre est utile pour garantir l’indépendance énergétique du pays et la continuité des approvisionnements lors des pics de consommation.

• Par ses emplois et l’activité directe et indirecte qu’elle génère, son importance pour le tissu économique local n’est plus à démontrer.

• Les cheminées de la centrale ne contribuent pas seulement à l’identité visuelle de L.H., elles sont partie intégrante de notre patrimoine industriel et portuaire. Un patrimoine vivant et innovant.

• Elle dispose en outre de nombreux atouts, notamment son positionnement en bord à quai sur le port du Havre, et a fait l’objet d’investissements publics massifs au cours de ces dernières années. Tous ces investissements seraient perdus ? Quel gaspillage...

• La transition énergétique au service de la transition écologique impose la fermeture des quatre centrales à charbon du pays. Cette décision a été prise par le Président de la République en décembre 2017 couplée à une échéance : celle de la fin de l’actuelle mandature.

• Toutefois, en février 2018, le ministre de la transition écologique (Nicolas Hulot) a précisé en réponse à mes multiples interpellations, et tout en confirmant l’objectif présidentiel, que la possible transformation des centrales, et en particulier celles de Cordemais et du Havre, pour substituer à l’utilisation du charbon des déchets verts dans leur process, "ferait l’objet d’un examen attentif de la part du gouvernement".

• C’est le projet Eco-combust.

• Une mission d’évaluation a été constituée dans le même temps par ce gouvernement. Ces travaux et conclusions ne sont pas connus à ce jour. Je les ai demandé, j’attends toujours… Y aurait-il quelque chose que l’on ne veut pas nous dire ?…

• Les premiers essais de ce process de substitution appliqué sur la centrale du Havre, permettent pourtant d’estimer que sa transformation peut être obtenue au cours des prochaines années.

• Ce nouveau process serait par ailleurs porteur de retombées locales pour l’activité et l’emploi à partir de la création d’une nouvelle filière d’approvisionnement et de transformation des déchets concernés.

• Il serait également un atout pour le pays en vue d’être exporté aux fins de transformation d’autres centrales à charbon à travers le monde.

• Malgré tous ces éléments, en octobre 2018, le nouveau ministre de la transition écologique (François De Rugy) n’a pas confirmé le cap fixé par son prédécesseur et s’en tient pour l’heure à la décision prise de fermer purement et simplement les quatre centrales.

• Il est par conséquent urgent de démontrer que cette transformation demeure possible et souhaitable, et de refuser toute idée de fermeture de la centrale thermique du Havre.

• On va tout de même pas la laisser fermer et ses emplois sacrifiés pour simplement que le Président de la République puisse dire : « j’ai tenu parole », avant qu’une autre société qu’EDF ou EDF lui-même revienne 6 mois ou 1 an plus tard sur le site y implanter un nouveau process vert. C’est en même temps pour reprendre la formule de Macron qu’il faut le faire…

• La transition énergétique passe par la transformation et non la fermeture de la centrale thermique du Havre.

• L’opinion publique doit être renseignée sur la réalité de tous ces enjeux.

• Sur le plan politique, il semble important de pouvoir démontrer la mobilisation et la détermination de la communauté havraise : décideurs, élus, syndicats. Mais également de faciliter le positionnement, voire les arbitrages du 1er Ministre, pas forcément le plus à l’aise sur ce dossier de part son origine, ainsi que celui d’EDF, pas plus à l’aise en raison de l’importance de l’Etat dans son capital.

• Le rassemblement de ce jour y contribue, l’initiative que je propose également.

Point sur le projet de reconversion de la centrale, reportage de Ouest-France :
Ouest France, 23 février 2018 (HTML)
Ouest France, 23 février 2018
Mes précédentes interventions pour l’avenir de la centrale à partir des liens ci-dessous :

http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article361

http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article245

http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article217

http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article203

http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article199

http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article118

http://www.jeanpaul-lecoq.fr/spip.php?article82

https://actu.fr/normandie/havre_76351/lannonce-de-la-fermeture-de-la-centrale-thermique-du-havre-echauffe-les-elus_741602.html