Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Tour de France des hôpitaux : nous nous sommes rendus aujourd’hui au CHU (...)

Tour de France des hôpitaux : nous nous sommes rendus aujourd’hui au CHU Charles Nicolle à Rouen

13 avril - Avec mes camarades parlementaires communistes de Seine-Maritime, Hubert Wulfranc, Sébastien Jumel et Thierry Foucaud, nous nous sommes rendus cet après midi au CHU de Rouen dans le cadre du Tour de France des hôpitaux engagé en février dernier.

Une visite pour estimer et illustrer les difficultés rencontrées dans nos hôpitaux mais également pour aller à la rencontre des patients, des personnels soignants et non soignants et leurs organisations syndicales.

Compte rendu de la visite :

Nous avons visité les urgences, échangez avec la direction de l’hôpital et des cadres de santé, puis avec les ambulanciers du SMUR/SAMU en conflit depuis 10 mois. Cette initiative s’est achevée autour d’une table ronde intersyndicale et d’un point presse.

Si des initiatives particulièrement intéressantes sont mises en oeuvre au CHU de Rouen, il demeure néanmoins que celui-ci est confronté aux mêmes problématiques que l’ensemble des hôpitaux publics. Les financements de l’Agence Régionale de Santé sont insuffisants, la faute à la tarification à l’activité et à l’insuffisance du budget national consacrée aux hôpitaux. La précarité sanitaire et sociale d’un nombre important de patients n’est pas prise en compte par la sécurité sociale.

De plus, le développement de l’ambulatoire se fait parfois au détriment des lits d’hospitalisation qui deviennent insuffisants, le service des urgences saturent régulièrement faute de lits disponibles, il y a des difficultés pour recruter ou conserver les praticiens, le secteur gériatrique est confronté à la saturation des EHPAD...

Des pistes intéressantes ont été soulevées à l’occasion de notre visite : Suppression de la taxe sur les salaires acquittées par les hôpitaux publics, encadrement plus strict des prix des médicaments sur lesquels les laboratoires font des surprofits, introduction de coefficients correcteurs prenant en compte la précarité sociale et sanitaire des publics accueillis dans les financements des "MIGAC", encadrement plus strict du droit d’installation des futurs médecins... Concernant la lutte des ambulanciers du SMUR, nous avons pris devant les syndicats l’engagement d’impulser une médiation auprès de la préfecture pour sortir de la situation de pourrissement du conflit.

Paris-Normandie, 15 avril 2018 (HTML - 170.1 ko)
Paris-Normandie, 15 avril 2018
France 3 Normandie, vidéo (HTML - 1.2 Mo)
France 3 Normandie, vidéo