Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Hausse de la CSG, le double effet Macron Philippe !

Hausse de la CSG, le double effet Macron Philippe !

6 mars - L’augmentation de la CSG pour les retraités révèle en ce début d’année sa véritable ampleur...

Malgré l’opposition marquée d’une grande partie de l’opinion que j’ai relayé avec force à l’Assemblée dans le cadre des débats qui ont accompagné le vote de la Loi de finances de l’Etat pour 2018, le gouvernement Macron Philippe a décidé d’augmenter la CSG en même temps qu’il a supprimé l’impôt sur la fortune.

Il a ainsi défini un budget de la nation tourné principalement vers les foyers les plus aisés par des efforts demandés au reste de la population.

S’agissant de la CSG,le taux de CSG applicable aux pensions de retraite est bien passé au 1er janvier de 6,6 % à 8,3 % pour les pensions dépassant le seuil de 1.200 Euros mensuel brut. Cela correspond, en effet, à une progression annoncée de 1,7 points.

Sauf que tout ceci est exprimé sur le montant brut. Sur le net la diminution du pouvoir d’achat est en réalité de - 1,84 points sur la retraite de base et - 1,86 points sur la retraite complémentaire.

Car pour soi disant redonner du pouvoir d’achat aux salariés, en même temps que la hausse de la CSG, il a décidé de diminuer des cotisations sociales. La différence sur la feuille de paie entre la hausse de la CSG et la baisse des cotisations est ainsi neutre pour les fonctionnaires et légèrement positive pour les salariés du privé.

Les retraités quant à eux paient la CSG mais pas les cotisations qui font l’objet de la baisse décidée pour compenser la hausse de la CSG.Sans compensation, leur CSG est passée de 6,6% à 8,3% et sur les feuilles de pension. Mais ce prélèvement est venu s’ajouter à deux autres : la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS), (0,5%), et la contribution de solidarité pour l’autonomie (0,30%). Pour les retraites des régimes complémentaires (Agirc-Arrco) s’ajoute une cotisation d’assurance-maladie de 1%.

Au total, ces prélèvements sont de 9,1% de la pension brute pour les régimes généraux et à 10,1% pour les régimes complémentaires. En net, nous sommes donc au delà de la perte de 1,7 points annoncée partout.

Le gouvernement n’a pas menti, il a toujours parlé d’une hausse de la CSG applicable sur le brut... mais il a trompé l’opinion et les retraités en ne précisant pas les conséquences réelles de cette décision sur leur net et donc sur la réalité de leur pouvoir d’achat.

Plus de détails et les simulations à partir des liens ci-dessous :
Marianne, 10 janvier 2018 (HTML - 67.9 ko)
Marianne, 10 janvier 2018
L'Humanité, 5 février 2018 (HTML - 98 ko)
L’Humanité, 5 février 2018