Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » En Turquie pour défendre les prisonniers politiques

En Turquie pour défendre les prisonniers politiques

6 décembre - Je suis actuellement en Turquie à l’invitation du HDP, parti progressiste d’opposition turc qui défend entre autre les droits des kurdes, et qui est persécuté par Erdogan, le président turc.

Pour montrer mon soutien à cette cause, j’ai essayé d’assister ce matin au procès de Figen Yüksekdağ et je tenterai encore demain d’assister à celui de Selahattin Demirtas, qui sont les deux coprésidents du HDP qui ont été arrêté en même temps que 8 députés de ce parti le 6 novembre 2016.

Tous sont accusés de terrorisme et d’incitation à la haine par le pouvoir turc : en Turquie, il suffit de faire un discours contre le pouvoir pour être accusé de terrorisme.

C’est un pur scandale, et il était important pour moi d’être présent pour soutenir les victimes de la brutalité du régime d’Erdogan. On ne peut pas déchoir de leur mandat et emprisonner des députés parce qu’ils luttent courageusement pour la démocratie !

L’audience a été déplacée du palais de justice d’Ankara au campus Pénitencier, à 60 km du centre d’Ankara, pour compliquer la tâche des observateurs internationaux et pour éloigner la population du procès.
Pire, pour des soi-disant raisons de sécurité, les autorités turques ne m’ont pas laissé rentrer dans la salle d’audience. Avec d’autres élus d’Europe nous sommes restés face à la police au campus pénitentiaire, et les avocats des victimes sont sortis nous informer à chaque suspension de séance.

La Turquie ainsi ne respecte plus les règles d’un procès public conformément aux conventions internationales dont elle est signataire. C’est déplorable.

7 décembre - J’étais ce matin encore en Turquie pour assister au procès de Selahattin Demirtas. L’ambiance était très tendue, nous étions cernés par un grand nombre de policiers casqués et avec leurs boucliers.

Nous avons encore attendu dehors toute la matinée pour soutenir nos amis du HDP qui comparaissaient à cette parodie de procès.

La situation en Turquie est insupportable : il n’existe plus de liberté d’expression pour personne. Les politiques, mais aussi des universitaires, des professeurs, des fonctionnaires, et des journalistes font quotidiennement les frais de cette politique répressive et brutale du président Erdogan.

J’ai d’ailleurs pu échanger sur la situation avec l’ambassadeur de France en Turquie qui est également alarmé par la situation de la démocratie turque.
Nous avons été reçu en délégation composée de Sylvie Jan, Michel Laurent, deux membres de l’association France-Kurdistan grâce à laquelle je suis parti et que je remercie chaleureusement, et également avec Corinne Morel-Darleux, conseillère régionale Auvergne-Rhône-Alpes, et Jean-Christophe Sellin, conseiller régional Occitanie.

Je reviens ce soir de Turquie, la lutte doit continuer en France et partout ailleurs pour soutenir les victimes de ce terrible régime.

Résumé vidéo de mon intervention en Turquie (HTML - 162.7 ko)
Résumé vidéo de mon intervention en Turquie
PCF.fr, 6 décembre 2017 (HTML - 30.5 ko)
PCF.fr, 6 décembre 2017
Mon communiqué de presse (PDF - 47.8 ko)
Mon communiqué de presse
RojInfo, 14 décembre 2017 (HTML - 197.1 ko)
RojInfo, 14 décembre 2017