Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Plan de retructuration de la Banque de France : quel gâchis !

Plan de retructuration de la Banque de France : quel gâchis !

16 octobre - Avec ma collègue députée Agnès Firmin-Le Bodo, j’ai rencontré le Directeur Régional de la Banque de France au Havre pour faire le point sur les conséquences locales du plan AMBITIONS 2020 initié par l’ancien gouverneur et accéléré par l’actuel. Ce plan dont le nom sonne faux consiste en une réduction drastique de la présence de la Banque de France sur tout le territoire national, accompagné d’un vaste plan social.

J’ai obtenu certaines garanties sur le maintien des emplois et des services de la Banque de France au Havre même si l’ensemble du plan national constitue une véritable aberration.

La Banque serait-elle en difficulté au point de se désengager de sa présence territoriale pour se concentrer sur les capitales régionales ?... Pas du tout :

Elle a dégagé en 2016 un bénéfice de 3,52 milliards d’euros en progression de 58%. Le résultat ordinaire avant impôts est de 5,55 milliards en hausse de 18%. Plus de 80% de celui-ci a été reversé à l’Etat, sous forme d’impôt sur les bénéfices et de dividendes, soit au total 4,5 milliards d’euros.

On estime que la BDF est l’une des entreprises les plus rentables du pays (source Le Figaro !).

Le pourquoi de ce plan est à rechercher dans la phrase juste au dessus : L’Etat, actionnaire de la banque, pousse la BDF à accroitre sa rentabilité afin de dégager toujours plus de bénéfices pour alimenter son propre budget… Au détriment du service public local et de l’emploi.

Mes revendications :

• Maintenir au Havre une instruction des dossiers de surendettement des particuliers en raison du poids démographiques de l’arrondissement mais également des problématiques sociales du territoire. L’agence du Havre est très fréquentée.

J’ai obtenu la garantie que les agents qui resteront en poste au Havre pourront poursuivre cette instruction.

• Garantir un accueil des particuliers également sans rendez-vous (ce qui n’est pas prévu) en raison de la détresse sociale de certains usagers fragiles qui ont donc besoin d’être reçu immédiatement.

J’ai obtenu cette garantie.

• Garantir zéro licenciement même en cas de refus de mobilité.

J’ai obtenu cette garantie.

• Garantir le maintien des locaux actuels sur Le Havre.

J’ai obtenu cette garantie.

• Obtenir une plus grande confidentialité dans l’accueil des particuliers.

J’ai obtenu cette garantie.

• Obtenir le maintien d’une activité de tri des billets sur Le Havre.

Le Directeur m’a assuré que la Banque de France garderait une grande partie de cette activité mais sans engagement concernant Le Havre

• Obtenir le maintien d’un service de statistiques du bassin d’activité du Havre. Car d’après mes informations, la BDF va centraliser sur Rouen le traitement des données statistiques qui étaient disponibles sur chaque agence. Il ne serait donc plus possible de disposer de données affinées par secteur géographique.

J’ai obtenu le maintien de ce service.

• Maintenir au sein du dispositif GEODE qui consiste à fournir des éléments sur la santé financière des entreprises, un agent du Havre.

J’ai obtenu cette garantie.

Le Figaro, 13 mars 2017 (HTML - 186.2 ko)
Le Figaro, 13 mars 2017
Miroir social, 17 octobre 2017 (HTML - 67.5 ko)
Miroir social, 17 octobre 2017