Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Les services d’urgence des cliniques privées du Havre doivent fermer (...)

Les services d’urgence des cliniques privées du Havre doivent fermer momentanément

10 septembre - Les services d’urgence des cliniques privées du Havre doivent fermer momentanément pour cause de pénurie de médecins.

Une nouvelle illustration inacceptable de l’état dans lequel l’Etat et ses gouvernements successifs ont laissé notre système de santé, malgré les besoins, malgré la crise sanitaire.

Après les déprogrammations d’opérations et de suivis, les dépistages qui sont freinés, les personnels épuisés, les services sous tension notamment aux urgences et en psychiatrie, maintenant on ferme carrément et on reporte la charge sur ceux qui tiennent encore.

A quand une inversion des logiques ? Exigeons de partir enfin des besoins sanitaires à couvrir pour la population de l’une des plus grandes puissances économiques du monde et adaptons enfin les moyens budgétaires, humains, matériels à la hauteur. Et plus l’inverse !

➡️ Formations et recrutements massifs de personnels soignants et d’accompagnement ;

➡️ Ouvertures de lits dans les secteurs tendus ;

➡️ Revalorisation forte des rémunérations des personnels hospitaliers et de ceux des établissements médico-sociaux parce que c’est juste et parce que ça permet de favoriser l’attrait pour les métiers de santé ;

➡️ Fin de la politique de tarification à l’activité (T2A) imposée aux établissements pour les soumettre aux logiques comptables du marché et remplacement par une dotation budgétaire annuelle basée sur les besoins à couvrir sur le territoire de l’établissement, les soins ce n’est pas une marchandise ! ;

➡️ Interdiction des dépassements d’honoraires ;

(...)

L’argent public existe pour cela, il suffit juste de l’orienter vers la satisfaction des besoins fondamentaux du plus grand nombre et non des besoins facultatifs d’une petite minorité aisée.

Je vais une nouvelle fois alerter l’Agence Régionales de santé, le ministère et le président de la Communauté urbaine sur l’urgence à agir.

Le Havre : les urgences des cliniques doivent fermer temporairement faute de médecin {HTML}