Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Renforcer l’accompagnement des riverains et des communes confrontés à des (...)

Renforcer l’accompagnement des riverains et des communes confrontés à des marnières

19 mars - J’ai saisi la ministre de la transition écologique sur la présence de cavités souterraines, notamment en Seine-Maritime, conséquence de la nature de son sous-sol et de l’exploitation passée de marnières.

Les sols des plateaux sédimentaires, comme c’est le cas sur ce territoire, sont acides et facilement déstructurés sous l’action de la pluie. Pendant plusieurs siècles, l’apport de craie permettait de corriger ces défauts et d’améliorer la productivité agricole. Cette pratique de « marnage » a engendré une multiplication massive des sites souterrains d’extraction manuelle. Or ces petites carrières, appelées « marnières » ont été abandonnées, quasiment jamais comblées et très mal répertoriées.

Le nombre de marnières potentiellement présentes en Seine-Maritime était en 2017 à 120 000. Le risque d’effondrement brutal et progressif assimile les marnières juridiquement à un risque naturel. En zone construite, leur effondrement engendre des dégâts matériels forts menaçant la vie des occupants lors de ces accidents. Les travaux de traitement des cavités engendrent des coûts importants, comme c’est le cas à Saint-Jouin-Bruneval.

Cette commune a été victime d’un tel effondrement, heureusement en l’absence des propriétaires. Toutefois, ces derniers font désormais face à l’inquiétude de ne pas pouvoir réparer les dégâts dans la mesure où les sommes à mobiliser pour le sondage sont de 20 000 € et de 98 000 € pour le comblement.

Si le Conseil Départemental de Seine-Maritime peut intervenir à hauteur de 20 % après accord de la commission pour le sondage, l’État, quant à lui intervient par l’intermédiaire du Fonds de Prévention des Risques Majeurs, dit « Fonds Barnier », dont la prise en charge maximale est de 30 % pour la réalisation des travaux de protection et de prévention. Malgré ces aides aux études et comblements de marnière, la situation des propriétaires victimes reste préoccupante et extrêmement coûteuse.

La gestion des sinistres avérés et des situations où la présence d’une cavité au droit d’un bâtiment est certaine reste susceptible d’amélioration.

S’agissant d’un des rares risques naturels pouvant être totalement maitrisé, j’ai questionné la Ministre sur les solutions qui existent au niveau de l’État.

Premièrement, un renforcement nécessaire de l’aide du Fonds « Barnier » à 80% permettrait d’accompagner les particuliers dans la réalisation de travaux de protection ou de prévention, comme le Conseil général de l’environnement et du développement durable le proposait en 2019.

Deuxièmement, une exonération de la TVA pourrait être envisagée sur les travaux menés pour découvrir et combler les marnières ainsi que restaurer les biens immobiliers impactés. Troisièmement, la possibilité pour les propriétaires d’accéder à un emprunt à taux zéro permettrait de compléter efficacement cet arsenal.

J’ai également saisi le Président de la Communauté Urbaine Le Havre Seine Métropole.

Mon courrier au Président de la Communauté Urbaine Le Havre Seine (...) (PDF - 379.4 ko)
Mon courrier au Président de la Communauté Urbaine Le Havre Seine Métropole
Courrier reçu au Maire de Saint-Jouin-Bruneval (PDF - 873.3 ko)
Courrier reçu au Maire de Saint-Jouin-Bruneval