Avec Jean-Paul Lecoq et Nathalie Nail, la voix des gens d’ici à l’Assemblée Nationale   La voix des Gens d'ici
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Appel en faveur de M. Haddi, prisonnier politique sahraoui au (...)

Appel en faveur de M. Haddi, prisonnier politique sahraoui au Maroc

12 mars - Face aux injustices, et aux horreurs quotidiennes qu’il subit, M. Haddi, prisonnier politique sahraoui au Maroc est en grève de la faim depuis 2 mois. Il est désormais en danger de mort, et il faut que la France réagisse vivement et face en sorte de régler enfin ce grave conflit au Sahara occidental.

Pour commencer, il faut que la France, en tant que membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, appuie pour intégrer enfin les droits de l’Homme dans la mission des Nations-Unies au Sahara occidental.

Voici la question que j’ai posée au ministre à ce sujet :

M. Jean-Paul Lecoq alerte M. le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères sur la situation extrêmement urgence de M. HADDI, en grève de la faim depuis le 13 janvier dernier afin de protester contre ses exécrables conditions de détention. Même si Monsieur le Ministre connait précisément la situation au Sahara occidental, il est extrêmement important de revoir la position de la France afin de prendre en compte la situation terrible des prisonniers du groupe dit « de Gdeim Izik », du nom de ce camp de protestation sahraoui évacué par la force en novembre 2010 et qui a permis à la puissance occupante marocaine de condamner pour des peines allant jusqu’à la perpétuité 19 prisonniers. Leurs conditions de détentions sont insupportables, au point que le Comité contre la Torture des Nations-Unies s’en est ému à plusieurs reprises en prononçant notamment des « mesures provisoires » visant à sauvegarder la vie de ces détenus afin que M. ABBAHAH ne soit plus en isolement complet, qu’il puisse voir le médecin de son choix, et qu’il soit ensuite libéré ; afin que M.BOURIAL puisse bénéficier des mêmes mesures ; et afin que les vies de M. LAAROUSSI et de M.BANI soient préservées. Elles n’ont à ce jour pas été entendues par le Royaume du Maroc, alors même que de telles décisions émanent d’un organe des Traités des Nations-Unies. L’avocate française des Prisonniers sahraouis du groupe « de Gdeim Izik », Me Olfa OULED n’a plus l’autorisation de se rendre au Maroc malgré des demandes réitérées de l’ONU d’accéder à sa demande. Le problème majeur de cette situation porte donc sur l’absence de surveillance des droits de l’homme par la MINURSO. La France n’a jamais appuyé en ce sens, et il est temps que cela change. Vous avez jusqu’au mois d’octobre, date du renouvellement du mandat de la MINURSO afin de négocier l’intégration de cette mission. L’impunité du Maroc ne peut pas être éternelle. La vie de nombreux prisonniers est en jeu, et, au-delà, la crédibilité de la MINURSO l’est également. La grève de la faim de M. HADDI est un appel désespéré au secours à la communauté internationale, Monsieur le Ministre, sachez l’entendre. Monsieur le Député demande à Monsieur le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères d’interpeler le Maroc pour qu’il se conforme à ses obligations internationales demandées par les institutions multilatérales au premier rang desquelles les Nations-Unies, et d’œuvrer à intégrer une composante « droits de l’Homme » à la MINURSO afin de prévenir le risque du renouvellement d’une telle situation.